Constipation occasionnelle : que faire ?
Bien-être intestinal > Constipation occasionnelle > Constipation occasionnelle : que faire ?

Constipation occasionnelle : que faire ?

La constipation est un trouble du transit très fréquent1, qui affecte plus souvent les femmes que les hommes. Rappelons pour commencer la définition de la constipation : une diminution de la fréquence des selles (moins de 3 selles par semaine) ET des difficultés pour les évacuer2. En cas de constipation, les selles sont petites et dures ; d’autres signes peuvent être associés comme des maux de ventre ou une sensation d’inconfort digestif. La constipation est un symptôme et non une maladie en soi.

Vous êtes nombreux à demander à votre moteur de recherche : « constipation que faire ? »

Pour répondre à cette question, distinguons déjà la constipation occasionnelle ou constipation passagère (dont il sera plus particulièrement question ici) de la constipation chronique, qui se caractérise par des symptômes persistant plus de 6 mois3. La constipation chronique peut parfois se compliquer d’hémorroïdes (gonflement des veines à l’intérieur et autour de l’anus à cause de l’effort pour aller à la selle) ou de fissures anales (déchirures de la peau de l’anus). On parle de fécalome quand les selles durcies et séchées ne peuvent pas être expulsées et restent dans l’ampoule rectale (partie basse du rectum où sont stockées les selles)4. En cas de constipation chronique, votre médecin recherchera l’origine de la constipation pour mieux la prendre en charge.

La prise en charge de la constipation occasionnelle

repose en premier lieu sur ce que les professionnels de santé appellent des mesures hygiéno-diététiques. Il s’agit d’un ensemble de conseils relatifs à l’hygiène de vie (notamment l’activité physique) et l’alimentation (changement des habitudes alimentaires, ajustement de la composition des repas …). Si ces mesures ne suffisent pas, elles peuvent être complétées par l’emploi de médicaments laxatifs, sur les conseils de votre pharmacien.

1- Les mesures hygiéno-diététiques contre la constipation

Constipation : les mesures hygiéno-diététiques

Les mesures hygiéno-diététiques proposées aux personnes sujettes à la constipation visent essentiellement à s’attaquer aux causes de constipation les plus fréquentes. Au quotidien, des mesures simples d’hygiène de vie peuvent permettre d’améliorer le transit7. En voici un petit aperçu.

  • Il est vivement conseillé de modifier son régime alimentaire en adoptant une alimentation riche en fibres. Les fibres agissent par plusieurs mécanismes sur la constipation : elles augmentent le volume des selles et accélèrent le transit du côlon ; leur fermentation produit des acides gras à chaîne courte qui augmentent la charge osmotique et accélèrent le transit. Enfin, les fibres contiennent de l’eau5,6. Où trouver des fibres ? Dans les légumes verts (haricots…), les fruits frais ou séchés comme les pruneaux, le pain complet ou les biscuits au son ou aux céréales complètes1.  Eviter les aliments trop gras et trop sucrés2 ou pouvant favoriser une constipation comme le riz blanc.
  • Deuxième mesure importante : bien s’hydrater dès le matin (eau, jus de fruits sans sucres ajoutés2 … ). Il faut boire au minimum 1,5 litre par jour. Les eaux minérales riches en magnésium ont un effet laxatif, qui peut être intéressant en cas de constipation.
  • L’anxiété et le stress chronique aggravant les problèmes de constipation2,7, il est important de se ménager des temps de détente et de pratiquer des exercices de relaxation.
  • Limiter la sédentarité et la station assise prolongée, et pratiquer une activité physique régulière. En effet, outre ses nombreux bénéfices pour la santé, l’exercice physique permet aussi d’améliorer le transit intestinal.5
  • Rééduquer le réflexe de défécation en adoptant certaines habitudes aux toilettes afin d’améliorer. Il faut éviter de se retenir d’aller à la selle et s’y rendre dès que le besoin se fait sentir. On peut aussi conseiller de se rendre aux toilettes au même moment de la journée, et d’y prendre son temps. Enfin, l’utilisation d’un marchepied peut être conseillée dans les toilettes pour relever les genoux, et être ainsi dans une position qui facilite l’évacuation des selles.

Lire tous nos conseils pratiques pour lutter contre la constipation

2- Des médicaments contre la constipation

Les médicaments contre la constipation

Les médicaments laxatifs peuvent être utilisés dès lors que les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas à retrouver un transit normal. Il existe différentes familles de médicaments laxatifs avec des mécanismes d’action et des modes d’administration différents. Votre pharmacien peut vous orienter vers la prise en charge la plus adéquate.

Les laxatifs osmotiques, les laxatifs de lest, et les laxatifs lubrifiants sont les plus adaptés pour une auto-médication. Les laxatifs osmotiques augmentent l’hydratation des selles en attirant l’eau dans les intestins. Les laxatifs de lest gonflent au contact de l’eau et augmentent le volume du bol fécal. Les laxatifs lubrifiants facilitent la progression du bol fécal en graissant la paroi de l’intestin. Cependant, si les symptômes persistent après une semaine de ces traitements, il faut consulter un professionnel de santé. 

La prise de laxatifs par voie rectale et de laxatifs stimulants nécessite l’avis préalable d’un professionnel de santé. les laxatifs par voie rectale se présentent sous la forme de suppositoires, de lavements ou de gel rectal, qui déclenchent le réflexe de défécation (expulsion des selles). Quant aux laxatifs stimulants, ils stimulent la paroi intestinale, augmentent la motricité de l’intestin et la sécrétion de l’eau permettant l’évacuation des selles.

Pour plus d’informations, consultez notre article dédié aux médicaments laxatifs

Quand faut-il consulter un médecin ?

Constipation : quand consulter ?

Il est nécessaire de consulter un médecin si la constipation persiste après une semaine de traitement ou si la constipation s’accompagne de signes préoccupants comme :

  • Sang dans les selles
  • Vomissements et arrêt de l’émission des gaz (occlusion)
  • Fortes douleurs abdominales
  • Fièvre
  • Perte de poids

Références

1. WGO. Constipation une approche globale. Disponible sur https://www.worldgastroenterology.org/UserFiles/file/guidelines/constipation-french-2010.pdf

2. ameli – Constipation de l’adulte – https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/constipation-adulte/definition-symptomes-facteurs-favorisants  [consulté le 21/09/2020]
3. Lacy BE et al. Bowel Disorders. Gastroenterology 2016;150:1393–1407 
https://doi.org/10.1053/j.gastro.2016.02.031

4. https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/constipation/symptoms-causes/syc-20354253

5. CREGG. Diététique sur la constipation. Disponible sur https://www.cregg.org/wordpress/wp-content/uploads/2020/07/documents-fiches-constipation.pdf

6. Bae SH. Diets for Constipation ; Pediatr Gastroenterol Hepatol Nutr. 2014 Dec; 17(4): 203–208. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4291444/

7. Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (anciennement AFSSAPS) – Constipation occasionnelle de l’adulte, Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance, juin 2009