La constipation occasionnelle, définition
Bien-être intestinal > Constipation occasionnelle > La constipation occasionnelle, définition

La constipation occasionnelle, définition

Définition de la constipation occasionnelle chez l’adulte

La constipation est un trouble du transit intestinal très fréquent1, que l’on peut définir par une diminution de la fréquence des selles (moins de 3 selles par semaine) associée à une difficulté pour les évacuer2 ou à une sensation d’évacuation incomplète.3
Attention, il faut savoir que la fréquence normale des selles est très variable d’une personne à l’autre. Elle peut en effet varier de trois fois par jour pour certaines personnes à trois fois par semaine pour d’autres.2 En résumé : aller à la selle moins souvent que ses proches ne signifie donc pas nécessairement qu’on est constipé !

La constipation est un symptôme et non une maladie en soi. Concrètement, comment se présente la constipation ? Le transit intestinal est ralenti, ce qui signifie que les résidus des aliments digérés ne progressent pas aussi vite dans la sphère digestive qu’ils le devraient, et stagnent trop longtemps dans le côlon. Résultat : des selles moins fréquentes !

La constipation occasionnelle est généralement due à un changement des habitudes quotidiennes (voyage, modification du régime alimentaire, stress…). La constipation peut être aussi due au fait de se retenir avant d’aller aux toilettes 2. D’autres facteurs peuvent également favoriser la constipation comme par exemple une alimentation trop pauvre en fibres ou une hydratation insuffisante qui peuvent avoir une influence sur la consistance des selles (des selles trop dures progresseront moins vite et seront plus difficiles à évacuer), ou encore la sédentarité et le manque d’activité physique (une bonne mobilité du système digestif entraîne un ralentissement du transit). Corriger ces facteurs permet de limiter les problèmes de constipation.

A lire aussi : « les causes de la constipation »

Ce que l’on ressent en cas de constipation occasionnelle

Au-delà des signes précédemment évoqués, la constipation occasionnelle peut entraîner2 :

  • Une sensation d’inconfort en zone abdominale (au niveau du ventre)
  • Des ballonnements
  • Des crampes

En cas de constipation, les selles sont petites et dures : leur évacuation entraîne des douleurs parfois importantes à la défécation. A cela, peut s’ajouter l’apparition de fissure anale et hémorroïdes. Le volume des selles est peu abondant et leur expulsion semble incomplète.

La constipation en chiffres

La constipation est un des troubles les plus fréquents de notre bien-être intestinal.

Prévalence de la constipation

Pour vous donner un ordre de grandeur, on estime que, chaque année, en France, 1 personne sur 4 est touchée par un problème de constipation 4.

Fréquence de la constipation

Et pour la majorité des patients souffrant de constipation, ces épisodes se produiraient plus de 5 fois par an 4.

La constipation touche 3 fois plus les femmes

La constipation touche en moyenne 3 fois plus les femmes que les hommes.5  C’est en effet un symptôme très fréquent chez les femmes. Un problème d’ailleurs accentué par la grossesse, puisque l’on estime que près de 40 % des femmes enceintes pourraient être concernées par des problèmes de constipation !6

A lire aussi : constipation et grossesse

Comment limiter la constipation ?

Peut-être avez-vous déjà vécu un épisode de constipation, et c’est la raison pour laquelle vous lisez ces lignes ? Saviez-vous que les expressions « remède constipation » ou « médicament constipation » sont fréquemment utilisées dans les moteurs de recherche, ce qui suggère que les internautes se posent beaucoup de questions au moment de choisir un traitement contre la constipation.

Avant toute chose, il convient de rappeler que la prise en charge de la constipation occasionnelle repose en tout premier lieu sur une adaptation de l’alimentation et du mode de vie (également appelées les mesures hygiéno-diététiques). En clair, il faut :

1/ manger des aliments riches en fibres alimentaires (consommer davantage de fruits et légumes, préférer le pain complet au pain blanc…), éliminer les aliments propices à la constipation (de type riz blanc), et éviter de manger trop gras et trop sucré…7

2/ s’hydrater suffisamment (boire au moins 1,5 litres par jour : eau, tisane, soupe, jus de fruits sans sucres ajoutés),

3/ faire de l’exercice physique régulièrement.

Pour en savoir plus, voir nos conseils pour lutter contre la constipation.

Si ce régime et ces conseils alimentaires ne suffisent pas, vous devez demander conseil à un pharmacien qui saura vous orienter au mieux. Il est alors possible de recourir à des médicaments ayant un effet laxatif. En première intention, un traitement par laxatifs osmotiques ou de lest pourra être recommandé.  Si échec, on peut utiliser en seconde intention également d’autres laxatifs : les laxatifs lubrifiants, stimulants (ce type de médicament stimule la paroi intestinale et augmente la motricité intestinale) et les laxatifs par voie rectale. Ces traitements ont une action sur le transit qu’ils facilitent.  Si les problèmes persistent après une semaine de traitement, il convient de consulter un médecin.

Pour en savoir plus, consulter notre article sur les médicaments laxatifs.

Références

1. WGO. Constipation une approche globale. Disponible sur https://www.worldgastroenterology.org/UserFiles/file/guidelines/constipation-french-2010.pdf

2. ameli – Constipation de l’adulte – https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/constipation-adulte/definition-symptomes-facteurs-favorisants [consulté le 14 Septembre 2020]

3. Lacy BE et coll.: Bowel disorders. Gastroenterology 2016 ; 150 : 1393–1407. Page 1399 encadré C2 C2. Diagnostic Criteria for Functional Constipation.

4. Arcane research, Panel Troubles Digestifs Analyse de la prévalence et de la prise en charge (médicale et pharmaceutique) des troubles digestifs dans la population française – Septembre 2017

5. Abrégé d’hépato-gastro-entérologie – 2e édition – Partie « Connaissances » – octobre 2012 – Editions Elsevier-Masson

6. Jewell D, Young G. Interventions for treating constipation in pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2001, Issue 2. Art. No.: CD001142. DOI: 10.1002/14651858.CD001142.

7. CREGG. Diététique sur la constipation. Disponible sur https://www.cregg.org/wordpress/wp-content/uploads/2020/07/documents-fiches-constipation.pdf